“London calling”

Nous y voilà. L’heure des “derniers” est arrivée. Dernier restaurant, dernier pub, etc. Mon dernier trip m’a conduit à Londres, puis au pays de Galles.

Dimanche dernier, Courtney et moi avons pris le train pour Glasgow, où un bus de nuit nous a conduit jusqu’à Londres. Comme de nombreux trajets nocturnes effectués en bus, il n’a pas été des plus confortables. Mais pour seulement 12 pounds payés, nos attentes n’étaient pas si élevées. Nous sommes donc arrivées à 6h45 à Londres. Un premier arrêt plus que nécessaire au Starbucks, puis nous avons découvert les joies du métro aux heures de pointe londoniennes.

Premières visites: les “classiques”. Westminster, 10 Downing Street, Big Ben. Dégustation d’un English breakfast à 9 heures, face au Parlement. Pas mal tout de même! Puis, direction St James Park jusqu’à Buckingham, pour la relève de la garde. Malgré un temps plus que britannique, la balade fut agréable. Pause détente au Green Park.

Ensuite, nous avons remonté le Pall-Mall jusqu’à Trafalgar Square. Après avoir profité de l’entrée gratuite à la National Gallery (“Les Tournesols” de Van Gogh, Manet, Monet, Picasso, etc.), nous avons traversé Soho. Arrêt indispensable au Disney Store, puis au M&M Store, avant de traverser Picadilly Circus.

Nous avons ensuite envié les vitrines d’Oxford Circus, jusqu’à Hyde Park. Le temps fut un peu plus clément. On peut aisément se rendre compte de l’ambiance pré Olympic Games. Partout, des affiches, des spots avec le countdown inscrit dessus. Dans Hyde Park, des grands chapiteaux roses (couleur des J.O de Londres) sont en train d’être installés pour accueillir certaines festivités. La capitale célèbre également le jubilé des 60 ans de règne d’Elisabeth II. Autant en Ecosse le jubilé passe presque inaperçu, à Londres, il est partout. De nombreuses vitrines offrent à la vue le portrait de la reine et des membres de la famille royale. C’est surement une opération commerciale avant tout, mais on peut sentir que l’évènement y a tout de même son importance.

A 18 heures, nous étions déjà épuisées par la journée. Le dernier arrêt ultra-typique s’est fait à Harrods. L’endroit est incroyable. Nous n’avons pas vraiment regardé les rayons de luxe, notre intention s’est portée sur le rayon alimentation. Tout ce chocolat… Et ses saveurs du monde. Nous avons craqué pour des “amuses gueules” libanais et indiens. Un vrai régal.

Le soir, nous étions éreintées par la courte nuit, que la journée bien remplie n’a pas arrangé. Ainsi attendre jusqu’à 23 heures le test incendie de l’auberge a été un supplice. L’auberge où nous logions, “Le Clink 78” est à recommander, malgré l’ultra présence de Français. La décoration est sympa, les lieux propres et l’accueil correct.

Le 2e jour, l’alarme a sonné à 8 heures. Direction Campden Town. L’un des lieux les plus originaux et intéressants à voir. Pour y longer le canal, chiner le long des marchés aux puces et admirer les façades toutes plus extravagantes les unes que les autres.

Puis, direction Brick Lane. Dans ce quartier populaire, coloré, les restaurants indiens, indonésiens côtoient la mosquée de Londres et les boutiques africaines. Brick Lane est une longue rue où les restaurants indiens se livrent une compétition sans mesure. Même les tags sur les murs rivalisent d’originalité. Anti-J.O, anti- crise, ces graffitis peignent le colère et le mécontentement des locaux. J’y ai mangé le meilleur indien de ma (courte) vie dans cette rue. A ne pas manquer.

A l’origine, nous voulions visiter la Tour de Londres et ses bijoux royaux (des répliques parait-il..). Le prix (20 pounds) nous a découragé, mais nous n’avons pu résister à prendre la pause devant le Tower Bridge. Puis, nous avons longé la Tamise, devant le Shakespeare Globe Theatre, jusqu à la Tate Modern. Le musée d’art moderne est plutôt laid à voir, et les quelques exposition gratuites assez limitées. Toutefois, le point de vue at the top est joli.

Là, un orage nous a surpris et a écourté notre traversée du Millenium Bridge jusqu’à la St Paul’s Cathedral.

Le clou de la journée a été d’assister à une comédie musicale. Depuis le temps que j’en rêvais! Inconditionnelle du genre en film et TV shows, je n’avais jamais eu la chance d’en voir une, “en vrai”. Et pas des moindres: “Billy Elliot”. Les prix ne sont pas donnés (40 pounds pour une place en haut à Billy, jusqu’à 100 livres pour “Les Misérables” ou “Wicked”), mais je n’ai pas été déçue! 3 heures de show au Victoria Opera. F A B U L E U X! L’un des meilleurs shows que j’ai jamais vus.

Le lendemain, nous avons passé une courte matinée à Regent’s Park, en passant par Baker Street. La population que l’on y croise est d’un certain standing, mais l’endroit est calme, loin de l’agitation du centre. Après une tentative pour se rendre à Poudlard (à King’s cross, une platforme 9 3/4 a été installée pour ravir les inconditionnels d’Harry Potter), nous avons pris le train à Paddington Station. Direction: le pays de Galles. 2H30 plus tard, la famille de Courtney nous attendait sur le quai. Ses grands parents maternels étaient écossais. Elle a de nombreux cousins éparpillés sur le globe, dont une majorité au Royaume-Uni. Deux d’entre eux habitent Port Tablot, situé à 30 minutes de Cardiff. Un 2e article portera sur mon trip gallois.

Les photos de Londres:

This slideshow requires JavaScript.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s