Already, 3 weeks in Stirling’s area

Bientôt trois semaines que j’ai entamé mon expérience Erasmus. Déjà, beaucoup de souvenirs et d’expériences nouvelles. J’ai l’impression d’être arrivée hier, mais également il y a des mois ! Par cela, je veux dire que le temps passe très vite, du fait que je sois très occupée, mais j’ai déjà mes habitudes et ma petite routine d’installée.

Concernant les cours, je commence petit à petit à m’y faire. C’est toujours dur de comprendre les étudiants écossais (quel accent !), mais je fais de gros efforts de concentration et je n’hésite pas à leur dire (gentiment) de parler doucement … Premier constat : ils sont très gentils, patients et très accessibles. Mais la barrière de la langue est encore difficile à franchir … Et mine de rien, cela freine vraiment l’aptitude à crée des liens avec des gens. Ma prof grecque est très sympa avec moi et n’hésite pas à me demander personnellement si je comprend bien tout ce qu’elle explique. Si je me souviens bien, l’an dernier, certains profs de Tours n’interrompaient pas leur cour pour les étudiants internationaux … C’est vrai qu’à Stirling, il y a beaucoup d’étudiants étrangers, ils doivent avoir l”habitude, bien que dans deux de mes cours, je sois la seule non bilingue (et encore BIEN loin de l’être !). J’ai toujours du travail (des chapitres entiers à lire avant chaque cours, des TD à préparer), mais c’est très intéressant et nouveau pour moi.

Les études de journalisme ici n’ont rien à voir avec les miennes à Tours. Ils ont quatre ans pour préparer leur diplôme (contre trois pour nous) et l’approche est totalement différente. La plupart de leurs matières se rapprochent de l’information-communication et des genres journalistiques. Ils sont beaucoup plus confrontés à réfléchir sur leur futur métier, en comprendre les différents aspects, critiques et problèmes. Nous ne faisons que rarement ça à Tours. Mais, à côté de ça, ils n’ont aucune matière de culture générale ! Ni droit de la presse, ni géopolitique, ni langues obligatoires. Après tout, ils parlent déjà la deuxième langue mondiale, pourquoi en apprendre d’autres? Ils peuvent choisir d’autres modules sans aucun rapport avec le journalisme, mais cela est du travail en plus, et donc, ils ne le font pas. Autre étonnante différence : ils ne pratiquent pas ou peu le métier. Ils n’ont aucun stage obligatoire et n’écrivent que peu d’articles. Par exemple, j’ai un cour appelé “Advanced reporting” de dernière année, où l’on doit concrètement écrire plusieurs reportages sous un même angle global. Pour cela, nous avons visité et rencontré le rédacteur en chef du journal local “Stirling Observer”, et la plupart des étudiants effectuaient leurs premiers pas dans une rédaction. On doit même écrire un papier sur ce qu’on pense de la rédaction, si on s’attendait à ça ou pas, ect. Je ne sais pas ce que je peux dire, car c’est juste une rédaction comme une autre ! Bref, leur stratégie d’études est simplement différente de la notre.

Concernant le basket, je n’ai jamais eu autant l’impression de passer ma vie sur un terrain … Trois entraînements par semaine plus un match, Oh my god ! Je suis crevée, mais je compte bien perdre les kilos pris lors de l’arrêt du tabac 🙂 ! Je suis tellement contente d’avoir arrêtée, car j’en bave déjà assez physiquement lors de l’entrainement physique du vendredi matin. En plus, un paquet coûte jusqu’à 10 euros ici… Premier match, mercredi prochain contre l’université de Glasgow ! Dimanche soir, l’intégration des nouvelles dans l’équipe est organisée par les anciennes. Je flippe un peu, car même si elles sont très sympas avec moi, j’ai vraiment du mal à réellement discuter avec elles. J’ai peur d’être exclue lors de la soirée. En plus, on doit porter un T shirt blanc et des chaussures de sport. J’espère qu’on ne va pas devoir courir dans les rues, ou encore picoler? Je n’ai envie ni de l’un, ni de l’autre. Le whisky écossais a le même goût que son cousin français. Horrible. La bière est plutôt bonne par contre.

Lundi a eu lieu la rentrée de mes collègues tourangeaux (il était temps ! ^^), et je dois avouer que ça me fait bizarre. Le temps est passé tellement vite. Ces deux années à Tours ont été les meilleures sur le plan scolaire, et j’espère réellement repasser à Tours en janvier, faire un petit coucou… Mais je ne regrette pas une seconde d’être en Ecosse. Je suis vraiment heureuse de ce que je découvre ! Même si certaines personnes (enfin une en particulier) me manquent beaucoup, je suis vraiment très heureuse ici. Mes parents viennent me voir dans un mois, je suis contente ! Je tisse des liens avec des gens issus de pays que je connais absolument pas. Idun de Norvège, Courtney d’Hawaii (!!) et bien sur Julia d’Allemagne m’ont déjà proposé de leur rendre visite après Stirling. J’espère vraiment avoir le temps, j’ai déjà hâte !

Prochain article la semaine prochaine.

Advertisements

One thought on “Already, 3 weeks in Stirling’s area

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s